Quelques conseils pour obtenir le meilleur taux lors de votre renouvellement d’hypothèque

Meilleur taux renouvellement d'hypothèque

Commencer à magasiner tôt : N’attendez pas à la dernière minute pour magasiner votre renouvellement. Il est idéal de commencer vos démarches de 4 à 6 mois avant l’échéance de votre prêt.  Vous aurez ainsi suffisamment de temps pour comparer les offres et négocier avec les prêteurs.

Réfléchir vos projets à venir : Il est recommandé de réfléchir à vos projets futurs à court, moyen et long terme, tels que l’arrivée d’un enfant, un déménagement ou des travaux de rénovation. Il est important de prendre le temps d’évaluer ces projets afin de choisir la structure de prêt qui conviendra le mieux à votre situation. En prenant cette précaution, vous pourrez éviter des problèmes lorsque viendra le moment de modifier les conditions de votre emprunt hypothécaire.

Connaître votre pointage de crédit: Votre pointage de crédit joue un rôle important dans la détermination de votre taux hypothécaire. Plus votre pointage de crédit est élevé, plus vous êtes considéré comme un emprunteur à faible risque, ce qui peut vous aider à obtenir un meilleur taux.

Comparer les différentes options de taux : Il existe plusieurs options de taux hypothécaire, notamment les taux fixe, variable ou même une combinaison des deux! Chaque option à ces avantages et ses inconvénients, il est donc important de les comprendre avant de choisir la meilleure option pour vous.

Soyez prêt à changer de prêteur : N’hésitez pas à chercher ailleurs. Changer de prêteur peut être intimidant, mais cela peut être une décision financière judicieuse si vous pouvez trouver un prêteur offrant de meilleures conditions.

Faites appel à un courtier hypothécaire: Les courtiers hypothécaires ont accès à un large éventail de prêteurs et peuvent vous aider à trouver les meilleurs taux hypothécaires pour votre situation financière. Ils peuvent également vous aider à négocier des conditions avantageuses

Partagez sur les réseaux

Dernières parutions

Impact des taux hypothécaire sur le versement

L’impact d’un assouplissement ou d’un resserrement quantitatif sur les taux hypothécaires

Par Philippe Normandin, L’Odyssée Financière, 6 mai 2024   On le sait déjà, la Banque du Canada (BdC) et la Banque Centrale Américaine (Fed) maintiennent leur taux directeur. Au Canada, on s’attend, cependant, si les prochains rapports d’inflation continuent d’être favorables, à une première baisse du taux directeur de 0.25% cet été (juin ou juillet).   Assouplissement quantitatif   Un assouplissement a lieu lorsque les banques centrales de l’occident (canadienne, américaine et européennes) introduisent de l’argent neuf pour l’achat de bons du Trésor émis par les gouvernements. L’acheteur d’un bon du Trésor se retrouve donc à être le créancier d’une partie de la dette du pays. En résumé, l’introduction de cet argent neuf permet de financer les opérations de l’État. Ce fut notamment le cas en 2020, lors de l’éclatement de la crise pandémique alors que les divers gouvernements ont eu besoin de fonds additionnels pour soutenir divers programmes sociaux afin d’aider la population (PCU / prêts aux entreprises / subventions salaire etc.) Les bonds du Trésor achetés par la BdC ont donc permis au gouvernement canadien de financer ces programmes. La BdC a aussi une autre mesure en abaissant son taux directeur à 0.25 % afin de stimuler l’économie. Historiquement, ces deux mesures vont de pair. La BdC, ayant acheté en 2020 pour des centaines de milliards de bons du Trésor, est donc le principal créancier du gouvernement canadien. Le resserrement quantitatif   Ce phénomène inverse a lieu lorsque les banques centrales vendent des bons du Trésor qu’elles détiennent. On le constate depuis 2022 alors que les banques centrales vendent des bons du Trésor achetés en 2020. Le prix de la vente des bons est déterminé par ce que les acheteurs sont prêts à payer pour obtenir la dette de l’État.     La Fed a annoncé réduire son resserrement quantitatif de 60 milliards par mois à 25 milliards par mois. Elle va donc vendre moins de bons du trésor que dans les derniers mois ce qui fera en sorte que le taux de rendement de la dette de l’état devrait s’abaisser. La BdC devrait suivre la Fed sous peu en réduisant également son resserrement quantitatif. Ce resserrement quantitatif plus faible diminuera la pression à la hausse des taux d’intérêts des bons du Trésor et, conséquemment, des taux d’intérêts hypothécaires fixes. Changement de cap à venir des Banques Centrales   Lors de sa conférence de presse du 1er mai 2024, Jerome Powell (président de la Réserve fédérale des États-Unis) déclarait que les Banques Centrales pourraient maintenant prendre une direction différente de celle des dernières années. En effet, en 2020, les banques centrales de plusieurs pays avaient baissé leur taux directeur pour ensuite le remonter en 2022-2023. Par ailleurs, l’inflation aux États-Unis étant plus élevée qu’au Canada, la Fed devrait baisser son taux directeur moins rapidement que la BdC. Toutefois, le défi pour la BdC est de ne pas trop se distancer de la Fed vu l’impact majeur d’une telle décision sur la valeur de notre devise. Les Banques Centrales devront aussi, au moment où elles baisseront lentement? progressivement? leur taux directeur, diminuer, voire même cesser la vente des bons du Trésor (resserrement quantitatif). Ce changement de politique monétaire de la BdC aura une incidence sur les taux d’intérêts des bons du Trésor et, conséquemment, sur les taux hypothécaires. Voilà ce qui nous permet de croire que les taux d’intérêts baisseront dans les mois à venir. Il ne faut cependant pas s’attendre à une baisse faramineuse des taux d’intérêts vu la stagnation de l’inflation aux États-Unis et la baisse très lente au Canada.         Pour aller plus loin Rapport d’inflation des É-U   Fed Chair Jerome Powell signals rate cuts aren’t imminent Chair Powell says the Fed isn’t more tolerant of higher inflation. Some economists disagree BlackRock’s Larry Fink sees Fed cutting rates twice this year but missing 2% inflation goal There’s a limit to how much interest rates in Canada and U.S. can diverge: Macklem

Inflation, déflation, désinflation

L’importance de comprendre la désinflation

Par Philippe Normandin, L’odyssée financière, 20 mars 2024   Les Banques Centrales ont maintenu leur taux directeur à 5% au Canada et à 5.5% aux États-Unis lors de leur dernière rencontre respective de leur politique monétaire. Leur message est clair depuis un certain moment, celles-ci veulent voir un progrès constant de désinflation avant d’abaisser leur taux directeur.   Qu’est-ce que la désinflation?   La désinflation est une réduction de l’inflation même si cette dernière demeure positive. Prenons par exemple le marché immobilier québécois, le prix des propriétés a continué d’augmenter, mais moins rapidement que pendant la pandémie.  Il faut donc comprendre que la désinflation n’est pas une baisse des coûts des biens et services, mais bien une diminution de l’augmentation de ceux-ci.     Qu’est-ce que la déflation?   La déflation est une baisse constante généralisée des prix. Les consommateurs vont attendre avant d’acheter des biens car ceux-ci devraient être moins chers dans le futur. Les vendeurs baissent leur prix en espérant attirer des acheteurs qui eux attendent davantage des baisses de prix. Cela a un effet de masse sur la santé financière de toute l’économie d’un pays. Dans un contexte de déflation, la Banque Centrale se doit d’intervenir en abaissant son taux directeur pour ensuite injecter de l’argent dans l’économie pour la stimuler.   Qu’en est-il du contexte actuel   À l’heure actuelle, nous sommes toujours dans une période inflationniste malgré le ralentissement économique. Ce phénomène économique est appelé de la stagflation. Bien que l’inflation se soit stabilisée, les consommateurs canadiens ne doivent pas s’attendre à des baisses de prix, mais à une diminution de l’augmentation des produits et services.   Depuis le premier trimestre 2022, le PIB canadien oscille entre 1% et -0.25%. L’économie canadienne croît très peu malgré l’inflation. Selon la BdC, ceci devrait se poursuivre tout au long de 2024 puisque les hausses du taux directeur devraient continuer de se faire ressentir. Nous ne sommes donc pas encore en récession malgré le ralentissement de la productivité.   La Banque du Canada veut éviter de voir les ménages se précipiter sur le marché de l’immobilier une fois que le taux directeur commencera à baisser. C’est pour cette raison qu’elle ne veut pas faire de pronostics quant à la première baisse du taux directeur ainsi que pour la suite des choses. Celle-ci va analyser le comportement des consommateurs avant chacune des baisses du taux directeur.   Le marché de l’immobilier canadien est bien différent d’une région à l’autre du pays. Ceci complique le travail de la Banque du Canada. L’immobilier de Toronto et Vancouver est très différent de celui du Québec. C’est pour cette raison que la Banque du Canada tente de balancer sa politique monétaire le mieux possible pour chacun des marchés immobiliers du Canada.   Nous continuons de croire que dans les mois à venir nous devrions voir le taux fixe 5 ans revenir à son plancher de 2023. Par contre, il serait surprenant de le voir baisser énormément par la suite, car cela entraînerait probablement une autre bulle immobilière, ce que la Banque du Canada veut éviter à tout prix.   La désinflation actuelle nous fait croire que la première baisse du taux directeur de 0.25% ne devrait pas être avant le mois de juin de cette année au plus tôt. Par la suite, la BdC va continuer de regarder le progrès de la désinflation tout en gardant un œil sur le comportement des consommateurs canadien pour les prochaines baisses de taux directeur.   Il est important de contacter un courtier hypothécaire qui comprend tous les enjeux actuels pour que celui-ci puisse trouver la meilleure solution hypothécaire pour vos besoins.     Pour aller plus loin Tiff Maklem, December 20th 2023 Conférence de presse de Tiff Maklem du 24 janvier 2024 Jerome Powell, 4 février 2024 Président de la Fed de Minneapolis, Need Kashkari, 5 février 2024  The CPI report came back to bite the Fed, says DoubleLine CEO Jeffrey Gundlach, 14 février 2024  Économie canadienne, 29 février 2024 

Comprendre les mouvements du marché – 2024, une année de fluctuations

Par Philippe Normandin, L’odyssée financière, 21 janvier 2024 En 2023, le monde financier a été très agité. Au printemps dernier, quelques banques régionales américaines ont même fait faillite. Plusieurs économistes et différents observateurs reconnus s’attendaient à ce que la Banque du Canada (BdC) ainsi que la Banque centrale américaine (Fed) baissent leur taux directeur dans un futur rapproché, ce qui ne s’est pas concrétisé.   Ce mouvement optimiste a fait en sorte que le marché des bons du Trésor a chuté d’environ 1%. Cette anticipation d’une baisse de taux hypothécaire a aussi conduit à ce que son plus bas niveau soit d’environ 4.5% pour un terme de 5 ans. Ceux qui ne désiraient pas s’engager pour une telle période, devaient assumer des taux hypothécaires plus élevés.   On se retrouve donc devant le phénomène inhabituel de l’inversion des taux qui, selon les observations depuis 1950, annonce toujours une récession. L’année 2023 a été au cœur de ce phénomène d’inversion qui, vraisemblablement, se poursuivra en 2024. Cette situation expose les emprunteurs à des choix difficiles.   En effet, lorsque le marché a réalisé que les baisses de taux en 2023 étaient peu probables, les bons du Trésor ont augmenté jusqu’à la fin octobre. Cette hausse a ainsi propulsé les taux hypothécaires fixes à plus de 6%, diminuant du même coup l’écart de la courbe entre le court et le long terme. La fin de 2023 s’est donc révélée l’un des pires moments pour fixer son taux hypothécaire. La Fed et la BdC semblent vouloir prendre des chemins différents En décembre 2023, Jerome Powell  président du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis, mentionne l’intention de la Fed d’abaisser son taux directeur à 3 reprises pour 2024.   À la même période, la Banque du Canada réitère sa politique monétaire restrictive, soit de lutter contre l’inflation bien ancrée entre 3,2 et 3,5% depuis juillet 2023. Son gouverneur, Tiff Macklem laisse sous-entendre que l’inflation devra être sous la barre de 3 % de façon constante avant d’envisager des baisses de taux. Il est à noter que c’est peu commun de voir la banque du Canada et la Fed prétendre avoir une politique monétaire différente.   De tels propos de personnes en autorité ont toujours un effet sur le système économique, notamment sur les indices boursiers et, bien évidemment, les taux hypothécaires.   On assiste depuis à la reprise du scénario de l’an passé. Le marché des bons du Trésor réagit de la même façon qu’au début de l’année dernière, en abaissant les taux fixes hypothécaires à long terme à environ 5%.   Les décisions des banques centrales ne sont pas fondées exclusivement sur les propos publics de leurs gouverneurs. Celles relatives au taux directeur doivent aussi prendre en considération diverses données économiques : inflation, taux de chômage, variation du produit intérieur brut, etc. Certains experts du monde économique, dont Mohamed A. El-Erian et Jeremy Siegel, critiquent d’ailleurs le fait que les décisions des banques centrales dépendent trop des données économiques.   Dans ce contexte, on ne peut tenir pour acquis que la Fed pourra donner suite au souhait de son gouverneur, vu la nécessité de considérer les diverses données économiques dont l’évolution est imprévisible. Rappelons-nous du pronostic de novembre 2021 selon lequel l’inflation était transitoire.   Deux ans plus tard, nous sommes encore aux prises avec l’augmentation généralisée du coût de la vie alors que le rapport publié aux États-Unis le 11 janvier dernier, confirme une inflation de base (core inflation) stagnante à plus ou moins 4%. Fluctuations pour 2024 Par ailleurs, d’autres éléments sont susceptibles d’influencer les données économiques : l’immigration, le manque d’inventaire immobilier, la pénurie de main d’œuvre, le contexte géopolitique mondial instable et l’élection présidentielle américaine. Il est à se demander si l’élection américaine de novembre influencera les décisions de la Fed, même si elle est censée être politiquement indépendante.   Nous sommes donc dans un marché instable et incertain qui, en revanche, est susceptible de présenter, au fil de son évolution, des opportunités. Dans ce contexte, se référer à un courtier hypothécaire qui comprend bien la macroéconomie, est une stratégie gagnante pour vous accompagner à faire un choix éclairé en fonction de votre tolérance personnelle au risque.   Tel est notre engagement ! Nous vous assurons de notre disponibilité à mettre notre expertise pour vous présenter les différentes opportunités afin de déterminer laquelle est dans votre intérêt.   Cordialement !   Sources : First part of 2024 ‘is not going to feel good’: Macklem   Cutting rates too soon could spur housing market ‘rebound’: Bank of Canada   US economy starting to look ‘more like the 1970s,’ JPMorgan Chase’s Jamie Dimon says   Fed official says markets a ‘bit ahead’ of central bank on rate cuts   Transcript of Chair Powell’s Press Conference  

Inflation taux directeur économie

Inflation au Canada : un tournant encourageant

  Par Philippe Normandin, L’odyssée financière, 3 Novembre 2023 Le récent rapport sur l’inflation au Canada présente un tournant encourageant, avec une baisse notable de l’Indice des prix à la consommation (IPC) de base à 3,2%. Cette évolution est particulièrement bienvenue, surtout si l’on considère la récente augmentation de l’inflation le mois précédent.   Le Canada en bonne posture L’inflation de base au Canada suit une trajectoire légèrement descendante depuis quelques mois, ce qui a conduit la Banque du Canada à garder son taux directeur inchangé lors de sa dernière réunion. Le Canada se trouve ainsi dans une position avantageuse par rapport aux États-Unis et à l’Europe, qui sont aux prises avec une inflation plus élevée.     Il est important pour la Banque du Canada de maintenir un taux directeur supérieur à l’inflation de base, afin d’appliquer une politique monétaire restrictive et de contenir l’inflation (selon la règle de Taylor). Sa politique monétaire est bien restrictive en ce moment, car son taux directeur est 1,7% plus élevé que l’IPC de base.   Comment le taux directeur de la Banque du Canada influence-t-il les taux d’intérêt? Le taux variable bouge exactement dans la même proportion que le taux directeur de la Banque du Canada.   Les taux fixes bougent sensiblement de la même façon que les bons du Trésor canadien de la même durée de temps. Par exemple, le taux d’intérêt hypothécaire de 5 ans suivra les fluctuations du bon du Trésor à 5 ans.   Le marché des bons du Trésor tente d’anticiper les fluctuations du taux directeur de la Banque du Canada : En mars dernier, le marché des bons du Trésor avait baissé, anticipant des baisses du taux directeur de la Banque du Canada avant la fin de l’année. Au mois de mai, le marché des bons du Trésor a toutefois réalisé que le taux directeur de la Banque du Canada continuerait d’augmenter en juin et en juillet, alors les bons du Trésor n’ont cessé d’augmenter.   Ceci a donc fait fluctuer les taux hypothécaires fixes de plus de 1,25% en 2023. Si les bons du trésor demeurent aussi élevés, les taux d’intérêt resteront également élevés. Le dilemme de la Banque du Canada Un ralentissement économique se fait de plus en plus sentir dans plusieurs sphères de l’économie. Cela pose un réel dilemme à la Banque du Canada, puisqu’elle devra choisir entre maintenir le taux directeur élevé pour lutter contre l’inflation ou le réduire pour stimuler l’économie. Cependant, la stimulation de l’économie en abaissant le taux directeur serait inflationniste.   Tant que le système financier ne connaît pas de graves problèmes (ce qui nécessiterait des baisses du taux directeur et une impression importante d’argent), il est probable que la Banque du Canada maintienne son taux directeur inchangé.   Lorsque l’inflation de base diminuera sous les 3% de façon constante (conséquence d’un ralentissement des dépenses des ménages ou d’une récession), la Banque du Canada pourra alors commencer à réduire progressivement son taux directeur.   Bon à savoir : de nombreux milliardaires américains comme Ray Dalio, Bill Ackman, Bill Gross et Jeffrey Gundlach, se préparent pour des moments difficiles. Ils évitent d’investir dans les obligations à long terme du gouvernement américain, qui sont généralement considérées comme une valeur sûre. Voilà un sujet captivant que nous aborderons plus en détail en 2024.     Ce qu’il faut retenir Si la tendance se maintient, nous ne devrions plus voir de hausse du taux directeur au Canada. Les gens qui sont patients pourraient bénéficier d’un meilleur taux d’intérêt fixe dans la première moitié de 2024, car les bons du Trésor à 5 ans devraient tenter d’anticiper les baisses de taux de la Banque du Canada. À suivre!   Pour aller plus loin : The market’s heaviest hitters are sounding the alarm on US debt Billionaire investor Bill Ackman says the Fed’s fight against inflation may never end due to strikes and soaring gas prices Obligations et actions en baisse  

Envoyer une question à Emmanuelle Jacques

Vous aimeriez discuter
d’un projet?

Prendre rendez-vous avec moi
sans frais

Courtier hypothécaire indépendante

Emmanuelle Jacques

Prendre Rendez vous

Avec la courtière hypothécaire indépendante

Emmanuelle Jacques