L’impact d’un assouplissement ou d’un resserrement quantitatif sur les taux hypothécaires

Impact des taux hypothécaire sur le versement

Par Philippe Normandin, L’Odyssée Financière, 6 mai 2024

 

On le sait déjà, la Banque du Canada (BdC) et la Banque Centrale Américaine (Fed) maintiennent leur taux directeur. Au Canada, on s’attend, cependant, si les prochains rapports d’inflation continuent d’être favorables, à une première baisse du taux directeur de 0.25% cet été (juin ou juillet).

 

Assouplissement quantitatif

 

Un assouplissement a lieu lorsque les banques centrales de l’occident (canadienne, américaine et européennes) introduisent de l’argent neuf pour l’achat de bons du Trésor émis par les gouvernements. L’acheteur d’un bon du Trésor se retrouve donc à être le créancier d’une partie de la dette du pays. En résumé, l’introduction de cet argent neuf permet de financer les opérations de l’État.

Ce fut notamment le cas en 2020, lors de l’éclatement de la crise pandémique alors que les divers gouvernements ont eu besoin de fonds additionnels pour soutenir divers programmes sociaux afin d’aider la population (PCU / prêts aux entreprises / subventions salaire etc.)

Les bonds du Trésor achetés par la BdC ont donc permis au gouvernement canadien de financer ces programmes. La BdC a aussi une autre mesure en abaissant son taux directeur à 0.25 % afin de stimuler l’économie. Historiquement, ces deux mesures vont de pair.

La BdC, ayant acheté en 2020 pour des centaines de milliards de bons du Trésor, est donc le principal créancier du gouvernement canadien.

Le resserrement quantitatif

 

Ce phénomène inverse a lieu lorsque les banques centrales vendent des bons du Trésor qu’elles détiennent. On le constate depuis 2022 alors que les banques centrales vendent des bons du Trésor achetés en 2020. Le prix de la vente des bons est déterminé par ce que les acheteurs sont prêts à payer pour obtenir la dette de l’État.

 

 

La Fed a annoncé réduire son resserrement quantitatif de 60 milliards par mois à 25 milliards par mois. Elle va donc vendre moins de bons du trésor que dans les derniers mois ce qui fera en sorte que le taux de rendement de la dette de l’état devrait s’abaisser.

La BdC devrait suivre la Fed sous peu en réduisant également son resserrement quantitatif.

Ce resserrement quantitatif plus faible diminuera la pression à la hausse des taux d’intérêts des bons du Trésor et, conséquemment, des taux d’intérêts hypothécaires fixes.

Changement de cap à venir des Banques Centrales

 

Lors de sa conférence de presse du 1er mai 2024, Jerome Powell (président de la Réserve fédérale des États-Unis) déclarait que les Banques Centrales pourraient maintenant prendre une direction différente de celle des dernières années. En effet, en 2020, les banques centrales de plusieurs pays avaient baissé leur taux directeur pour ensuite le remonter en 2022-2023.

Par ailleurs, l’inflation aux États-Unis étant plus élevée qu’au Canada, la Fed devrait baisser son taux directeur moins rapidement que la BdC.

Toutefois, le défi pour la BdC est de ne pas trop se distancer de la Fed vu l’impact majeur d’une telle décision sur la valeur de notre devise.

Les Banques Centrales devront aussi, au moment où elles baisseront lentement? progressivement? leur taux directeur, diminuer, voire même cesser la vente des bons du Trésor (resserrement quantitatif).

Ce changement de politique monétaire de la BdC aura une incidence sur les taux d’intérêts des bons du Trésor et, conséquemment, sur les taux hypothécaires.

Voilà ce qui nous permet de croire que les taux d’intérêts baisseront dans les mois à venir. Il ne faut cependant pas s’attendre à une baisse faramineuse des taux d’intérêts vu la stagnation de l’inflation aux États-Unis et la baisse très lente au Canada.

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Rapport d’inflation des É-U

 

Fed Chair Jerome Powell signals rate cuts aren’t imminent

Chair Powell says the Fed isn’t more tolerant of higher inflation. Some economists disagree

BlackRock’s Larry Fink sees Fed cutting rates twice this year but missing 2% inflation goal




There's a limit to how much interest rates in Canada and U.S. can diverge: Macklem

Partagez sur les réseaux

Dernières parutions

L’inflation sous la loupe

Démystifier l’inflation

  Par Philippe Normandin, L’odyssée financière, 28 septembre 2023 Ça y est, la rentrée est derrière nous et on se prépare pour un automne bien

Envoyer une question à Emmanuelle Jacques

Vous aimeriez discuter
d’un projet?

Prendre rendez-vous avec moi
sans frais

Courtier hypothécaire indépendante

Emmanuelle Jacques

Prendre Rendez vous

Avec la courtière hypothécaire indépendante

Emmanuelle Jacques